Témoignage de patiente de l’Association Saint-Camille

Témoignage de patiente de l’Association Saint-Camille

De gauche à droite : Anna (Coopérante Italienne), Céline et Camille (Coopérante Canadienne)

Céline, la joie de retourner chez soi

Céline est originaire de la Côte d’Ivoire. Souffrant de maladie mentale, elle a quitté son pays pour le Togo : ce sont des milliers de kilomètres qu’elle a parcouru jours et nuits, sous le soleil et la pluie, dormant dans la rue, les marchés ou au bord des routes jusqu’à ce qu’elle se retrouve un jour à Amaoudè/Sokodé, village où se trouve notre centre psychiatrique. Partie d’Abidjan, elle s’est retrouvée au Ghana, au Burkina-Faso, au Togo précisément à Lomé avant d’atterrir à Amaoudè. Elle passait quand les villageois lui ont dit d’entrer dans le centre où elle trouvera de la nourriture ; ce qu’elle fit avec empressement. C’est ainsi que nous avons recueilli Céline le 18 février 2019. A son arrivée, elle était très sale, mal habillée, crottée, dégageant une odeur nauséabonde : en un mot, elle était l’incarnation de ceux qui ont perdu leur dignité humaine. Mais comme à l’accoutumé, nous l’avons coiffé, lavé, revêtu de beaux vêtement et faire manger à satiété. Ce n’est qu’après cela que nous avons commencé son protocole.

Deux semaines plus tard, elle rayonnait de joie et à retrouver le goût de vivre. Au fil des jours, elle nous précisa que ses parents habitent Bondoukou en Côte d’Ivoire ; et que la maladie a commencé après ses nombreuses disputes avec son mari parce qu’elle n’arrivait pas à concevoir. Cinq mois plus tard, le 25 juillet 2019 (en la fête de Saint Jacques Apôtre), M. Grégoire visite le Centre d’Amaoudè et découvre Céline. Elle lui raconte son histoire. Aussitôt, il appelle le Centre de Bondoukou qui se mit à la recherche de la famille de Céline en se basant sur les informations qu’elle avait données. Avant la fin de la journée, sa famille a été retrouvée. Au dire de ses parents, elle a quitté Bondoukou depuis plus de quatre ans (04) et personnes ne l’a plus jamais revue. C’est avec des larmes qu’ils ont exprimé leur joie de la savoir encore en vie. Le deux (02) Août prochain, elle retournera chez elle à Bondoukou avec M. Grégoire pour la joie des siens.

Que le nom du Seigneur soit toujours loué. Car, « la gloire de Dieu, c’est l’homme vivant, c’est l’homme débout » !


Leave a Reply

*

Recherche sur ce site :