Témoignage de Chancelline à l’Association Saint Camille

Témoignage de Chancelline à l’Association Saint Camille

De gauche à droite : Chancelline, Grégoire et Alice (Malade rétablie)

Chancelline, la joie de renaître

Originaire du Bénin, Chancelline a été recueilli dans les rues de Calavi pendant la semaine sainte de l’année 2018. Un jour, alors que nous parcourions les rues à la recherche des « Oubliés des oubliés », une dame vint nous annoncer qu’un malade mental dore tous les jours dans la rue derrière sa maison. Nous nous somme rendu sur les lieux et avons vu Chancelline dans des conditions pitoyables et la ramena au Centre. Une fois, au centre, elle a reçu les meilleurs soins possibles et a été traité comme un être humain.

Deux mois plus tard, elle était en mesure de nous raconter sa mésaventure. Traitée pendant plusieurs mois chez les guérisseurs traditionnels et dans les camps de prières, elle a été rejetée et abandonnée par les siens à Cotonou. Le seul numéro qu’elle avait gardé en tête est celui de son mari. M. Grégoire a alors appelé ce dernier ; qui à notre grande surprise à dit qu’il ne la connaissait pas et qu’il lui avait interdit de donner son numéro à quelqu’un, encore moins de l’appeler. Face à cette situation, elle a travaillé aux archives dans le Centre de Tokan pendant quelques mois avant d’être transféré dans le Centre de Djougou ; car elle nous a dit qu’elle est originaire de Djougou. Une fois à Djougou, elle s’est engagée résolument et avec joie à cuisiner pour les malades du Centre. Pendant que Chancelline s’occupait des autres malades, nous avons continué les recherches jusqu’à ce qu’au mois de septembre 2018, nous avons retrouvé sa famille. La joie des retrouvailles était si immense que les uns et les autres ont pleurés de joie pendant des heures. Après s’être indigné devant leur fille et lui avoir présenté leurs excuses pour l’avoir abandonné, les parents ont accueilli comme une grâce, le désir de leur fille de se dédier entièrement au service des personnes souffrant de la maladie mentale. Aujourd’hui, Chancelline est la responsable des cuisinières du Centre de Sokodé. Avec Alice, les deux étaient prises dans la rue, actuellement elles accomplissent un travail remarquable pour le bien-être des malades ; car personne n’est perdue pour Dieu.

Encore une fois que le nom du Seigneur soit glorifié. Car, Chancelline était perdu et elle est retrouvée ; elle avait perdu sa dignité humaine, et elle l’a recouvré.


Leave a Reply

*