Des étudiants canadiens soutiennent l’Association Saint Camille

Des étudiants canadiens soutiennent l’Association Saint Camille

 

L’Association Saint-Camille a accueilli en son sein un groupe d’étudiants canadiens de l’Université de Sherbrooke, ils sont venus soutenir l’ONG dans la construction du centre de Dassa. Leur séjour s’étend du 16 Septembre au 29 Novembre 2019.

Le soutien dans la pratique consiste en la construction d’un bâtiment d’hébergement destiné au futur centre de Dassa et le développement de perspectives partenariales pour accélérer la construction des autres bâtiments du centre. Ils sont au nombre de 7 étudiants. Qui prend en charge leurs besoins et la construction de ce bâtiment ? Voici leur réponse : « Tous les fonds destinés à la construction du bâtiment, aux activités connexes et à notre hébergement ont été amassés par les étudiants eux-mêmes entre août 2018 et août 2019. Notre partenaire pour l’hébergement en familles d’accueil à Dassa est SYTO-Bénin.» Ces activités comptent dans leur stage. La visite d’une professeure du département de Génie Civil et aussi la donation de quelques fonds pour nous soutenir financièrement dans la construction ont été sans doute un grand encouragement pour nos étudiants.
Ce qui les motive : « Tous animés d’une bonne volonté, ayant visité un centre de la Saint-Camille et ayant pu côtoyer des anciens malades dans le cadre de nos activités, nous avons été conquis par le travail de l’Association. La cause des malades a été notre moteur, depuis notre engagement dans ce projet jusqu’au dernier coup de balai dans le bâtiment livré. »Ils nous traduisent ici le regard qu’ils jettent sur le centre de Dassa : « Dassa est un excellent projet pour trois raisons : d’abord parce qu’il n’y a pas de centre de la Saint-Camille dans cette région du Bénin, et que, par conséquent, celui-ci pourra répondre à la demande évidente de la communauté et ses alentours ; ensuite, parce que Dassa est un lieu de passage obligatoire pour ceux qui traversent le Bénin, et que le centre se trouvera à proximité de la Grotte Mariale, lieu de pèlerinage réputé dans toute la région de l’Afrique de L’Ouest. Ainsi, le centre bénéficiera assurément d’une bonne visibilité, ce qui permettra, nous l’espérons, de favoriser l’acceptabilité de sociale des malades, et de trouver davantage de soutien à la cause. » Cet avis est surement une affirmation d’une adhésion à la vision de l’ONG pour ce centre. A la question de savoir ce qu’ils souhaitent pour l’ONG, ils répondent sans ambigüité « Nous leur souhaitons du succès dans leur mission, et surtout beaucoup de soutien. Nous pensons que notre expérience auprès de la Saint-Camille démontre que la solidarité internationale est une voie exemplaire vers le transfert de connaissance et l’aboutissement de projets. » Une preuve qu’ils ont compris les difficultés de l’Association Saint-Camille.

Bravo à nos amis de l’université de Sherbrooke, notre désir est que le grand nombre les imitent pour aider les personnes en détresse.

Nous, Association Saint-Camille apprécions de telles collaborations, ce sont des moments de partage non seulement de biens mais aussi de chaleur humaine. Nous nous sentons si honorés que nous aimerions à tout moment remercier de telles personnes, au faite cette reconnaissance est une force morale qui nous soutient et ravive notre désir à poursuivre notre œuvre.

Il nous faut continuer de telles luttes car c’est l’espoir des démunis mêmes s’ils n’osent pas l’avouer. C’est là ce qu’ils attendent des autres. Et nous devons écouter ce cri silencieux de détresse.

Un projet souffrant du manque de fonds.

Nous tenons à préciser que la construction du centre de Dassa piétine depuis plusieurs années faute de financement ce qui nous conduit à lancer cet appel pressant à tous ceux qui peuvent nous aider à ne pas hésiter. Nous croyons qu’il y a encore dans ce monde des personnes qui comprennent qu’il est de leur responsabilité de rendre ce monde vivable aux autres dans la mesure de leurs moyens. Que rien donc n’étouffe en eux cette disposition.
Aidez-nous donc à porter le fardeau de la lutte contre les maladies mentales.

 


Leave a Reply

*