Photo de famille

De l’énergie solaire et des vivres pour l’association Saint-Camille de Tokan

Ce Jeudi 29 mars 2018, L’Amicale des Femmes Agents des Secteurs Eau, Energie et Mines (AFASEEM) a montré sa générosité envers les malades mentaux du centre de l’Association Saint Camille de Tokan par un don de vivres. De son côté le ministère de l’Energie à travers l’Agence Béninoise d’Electrification Rurale (ABERME), conscient des difficultés du centre a apporté un appui de taille dans le domaine de l’électricité où l’ONG est confrontée à de sérieuses difficultés mêlées d’incertitudes.

C’est sans doute mues par une sorte de compassion, que ces femmes ont décidé de donner un coup de pouce à cette ONG à utilité notoire pour les populations. Les donatrices ont reconnu les mérites de l’ASC, s’engageant à reconstruire avec elle la vie des malades mentaux. Ce sont une dizaine de sacs de riz, trois grands sacs de maïs, 3 cartons de sucre, 4 bidons d’huile et 4 cartons et trois sacs de savon qui constituent le don au centre.

L’ABERME s’est engagée à installer 22 panneaux solaires, des batteries de recharges, des lampes, un système solaire autonome de pompage et un congélateur solaire d’une capacité de 200 litres pour la conservation des aliments et ce, dans un délai d’un mois. Le coût de ces travaux est estimé à 20 millions de FCFA.

Le Directeur du centre, Monsieur Ernest Houlènou a remercié de tout cœur les bienfaiteurs pour cette bouffée d’oxygène qui ne passera pas inaperçue dans la vie du centre. Il a brièvement décrit son parcours, lui un ancien malade mental aujourd’hui rétabli grâce à l’ONG.

Le Responsable de l’ONG a retracé succinctement l’histoire de l’ASC en mettant en exergue le calvaire des malades mentaux notamment des atrocités dont ces derniers sont  victimes. Devant la vulnérabilité de ces derniers, il a exhorté les uns et les autres à les soutenir.

Le temps n’est plus à de beaux discours stériles mais à l’action pour extérioriser  les sentiments de solidarité avec ces laissés pour compte, et là les femmes de l’AFASEEM et le gouvernement l’ont compris.

Ces dons constituent une ressource dont l’ONG a constamment besoin pour exister et conserver tous les atouts qui font sa force.

Espérons que ce geste en engendre biens d’autres.

 


Les relations de l’Association Saint-Camille s’étoffent

Ce mercredi 14 février 2018, l’Association Saint-Camille a reçu l’ONG togolaise RAPAA (Recherche Action Prévention Accompagnement des Addictions) dans son centre de Calavi.  Cette rencontre a donné lieu à de riches échanges entre les deux ONG.

La Responsable de la RAPAA, Khadija C. C. Touré

La Responsable de la RAPAA, Khadija C. C. Touré

La RAPAA œuvrant au niveau des toxicomanes et sans doute attirée par le succès croissant de l’Association Saint-Camille qui s’est installée avec succès au Togo, a trouvé opportun de s’approcher de cette ONG pour s’imprégner des réalités et l’expérience acquise par plus de vingt ans de service auprès des malades mentaux dans la région. A la demande de la RAPAA, le fondateur de l’Association Saint-Camille a retracé l’histoire de l’ONG, un récit qui a retenu toute l’attention des hôtes sans doute impressionnés par l’audace de son Fondateur. Les responsables du RAPAA ont par la suite exposé leur politique auprès des toxicomanes soulignant les points communs entre les deux parties. La prise en charge des toxicomanes était un centre d’intérêt sur lequel les parties se sont attardées.

Pour le responsable de l’Association Saint-Camille les portes sont ouvertes au RAPAA. Les hôtes ont par la suite visité le centre de Tokan.

C’est un point de contact, une synergie d’efforts à encourager pour plus d’efficacité.


Des soeurs à l'Association Saint-Camille

Les liens se renforcent entre l’église catholique et l’Association Saint-Camille

Une conférence s’est tenue à Avrankou (Ville contiguë à Porto-Novo, capitale du Bénin) ce samedi 03 février 2018 avec le Président de l’Association Saint-Camille. A cette conférence étaient invités des sœurs de la ville de Porto-Novo. Le message reste le même : les soins psychiatriques voie viable pour la guérison des malades mentaux et ce, dans la persévérance. Devant la forte tentation d’une guérison totale, c’est en exposant des expériences que le Responsable de l’ONG cherche à canaliser les familles et les fidéliser aux soins psychiatriques. Un message qui trouve toute sa place face aux nombreuses rechutes, et la conduite négligente et irresponsable de certains malades.

L’ONG n’a aucune subvention c’est de la générosité de particuliers qu’elle mène son combat, une tâche difficile dont la survie tient du miracle.

 

 

 

Les sœurs ont mieux cerné le travail de l’ONG mais aussi la fiabilité des soins psychiatriques. Pour la responsable des sœurs « Chacun de nous est responsable de ce que l’autre vit », un appel à la solidarité qu’elles ont honoré par des dons.

L’association Saint Camille est devenue un acteur clé dans la lutte contre les maladies mentales. Elle se positionne en tant que grand défenseur des malades mentaux sensibilisant la société à offrir à ces derniers l’opportunité de recouvrir la santé et une vie normale grâce aux soins psychiatriques. Elle exhorte les populations à un traitement humain à leur égard insistant sur le fait que leur situation n’est pas désespérée.


Recherche sur ce site :

Archives

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.