Author Archives: Nagnimban Thio

CONFÉRENCE DU 23 AVRIL 2016

Ce samedi 23 avril 2016 s’est tenue une conférence au centre Saint Camille de Calavi  de 9 heures à 12 heures. Il était question de la santé mentale.

Un moment enrichissant

Il s’agissait de présenter les réalités de la santé mentale et aider la population à mieux y faire face. Le conférencier ( Monsieur Ahongbonon Grégoire, Fondateur de l’ONG Communauté Saint Camille de Léllis qui s’inscrit dans la lutte contre la maladie mentale.) a dénoncé les traitements inhumains infligés aux malades mentaux en Afrique mais aussi valorisé les soins de la psychiatrie moderne qui sont à la fois fiables et efficaces. Pour lui, les familles doivent renoncer aux croyances traditionnelles qui attribuent la maladie mentale à la sorcellerie et saisir l’opportunité des soins modernes.Le conférencier a beaucoup insisté sur la fidélité  au traitement qui reste selon lui le secret du bonheur du malade rétabli.

M. Grégoire s'adresse à l'auditoire
M. Grégoire s’adresse à l’auditoire

Le Fondateur  a affirmé que tous les traitements n’étaient pas négociables, invitant le personnel soignant à être inflexible sur des injections. Les remarques font des rechutes une catastrophe à l’issue incertaine, il faut donc les éviter à tout prix a t-il poursuivi.

L’auditoire était très attentive, la longue série de questions en témoigne.

Une femme questionnant M. Grégoire
Une femme questionnant M. Grégoire

la suite…

La suite est que les personnes présentes ne manqueront pas de véhiculer les messages aux concernées par ce mal si grave, si humiliant et si redouté en Afrique. Toutes celles que nous avions interrogées, pour témoigner de leur intérêt pour cette rencontre ont toutes affirmées qu’elles viendraient à la prochaine conférence. Aucune d’elles n’a déclarée regrettée d’être venue: toutes étaient enthousiasmées d’avoir appris plus sur ce mal et sur l’Association Saint Camille. Le succès  spectaculaire de l’ONG, impressionnent les participants qui voient le doigt de Dieu pour aider les malheureux. N’oublions pas que Monsieur Grégoire lui même est très apprécié par la population à travers l’ONG qu’il a créée depuis 1983.


Concerts géants à la Saint Camille

Après de sérieuses préparations à tous les niveaux, les pensionnaires de la Saint Camille de Calavi ont tenu deux concerts géants les 18 et 19 mars 2016 à partir de 19 heures. Les responsables n’ont pas lésiné sur les moyens pour soutenir les concerts. Ce fut l’occasion pour le lancement de l’album  « le fou n’est pas foutu »: chants d’espoir pour les malades mentaux. Un produit de qualité mis au point sur place au centre. De nombreux artistes étaient présents comme pour combler le fossé entre univers malades mentaux et la société, établissant ainsi une égalité dont les malades ont tant besoin.

 

La Saint Camille en prestation
La Saint Camille en prestation

 

Eric un patient de la Saint Camille en prestation
Eric un patient de la Saint Camille en prestation

La prestation d’Eric sur un morceau de l’Album « le fou n’est pas foutu » révèle que l’on peut bien espérer les mêmes choses d’un malade stabilisé que d’une personne bien portante. En général, nous retiendrons que le malade ne doit pas être réduit à une personne qui n’a besoin que de manger et boire et prendre ses médicaments: il doit vivre que donc la société lui fasse de la place, il pourra démontrer ses mérites.
Les  malades  mentaux doivent sortir de l’ombre car il ne sont pas nécessairement des incapables.

Ce fut l’occasion pour l’équipe de journalistes de présenter leur premier journal: « Echos de la Saint Camille »: fruit des patients sous la direction de professionnels venus du Canada.

Le journal couplé avec l’album sont une preuve patente que le monde des malades mentaux stabilisés n’est pas une platitude d’où on ne peut rien espérer. La maladie mentale est certes un handicap mais un handicap surmontable.


FORMATION EN COMMUNICATION

à la une l’équipe de Dangbodji

Equipe de calavi
Equipe de calavi

Un fruit du soutien de CUSO

La coopération avec CUSO s’élargie touchant désormais le domaine appréciable de la communication. Pour cette fois, quelques patients ont eu le privilège de suivre une formation en communication. Cette formation a eu lieu en deux lieux Calavi et Dangbodji couvrant pratiquement deux mois. Cette formation a permis aux étudiants tous des patients de la Saint Camille d’acquérir des connaissances solides de quoi couvrir les activités de l’ONG.
Notons que les étudiants venaient de Djougou et de Bohicon avec ceux de Calavi pour ceux formés à Calavi, ceux de Dangbodji sont à Dangbodji et Avrankou. L’illustration juste en dessous révèle l’intérêt avec lequel les étudiants suivent les cours.

Etudiants suivant avec intérêt le cours
Etudiants suivant avec intérêt le cours
  • Une assiduité quasi-totale: un signe encourageant pour les formateurs.
  • Une participation massive
  • Du matériel de pointe

Une collaboration active indéniable

Les apprenants formaient une équipe solide où l’individualisme s’effaçait pour céder la place à une collaboration réelle. Ainsi l’on se complétait l’un et l’autre suivant attentivement la direction que l’autre visait et l’aidant à y parvenir.

Moment d’enthousiasme et d’entrain

La tristesse n’avait pas sa place au sein de la formation: les formateurs et les étudiants ont su la bannir. L’enthousiasme se lisait sur tous les visage.

Formation à la fois douce et efficace.

les formateurs ont su mener une approche sans paroles rudes même face à des erreurs, cela a contribuer à consolider l’esprit d’équipe. Une formation dans laquelle tous sortent gagnants.

Le formateur Jonathan et Alexandre (En avant)

 

Finalement des attestations

Oui, finalement des attestations pour les apprenants de quoi valoriser les cours reçu et en faire un atout. C’est avec joie que les étudiants les recevaient ce jour là.

MERCI CUSO


Archives